Voilà qui nous sommes

 

Je m'appelle Carlotta Pia, j'ai 28 ans et je suis danseuse et professeur de ballet. Un jour, à l'automne 2012, de retour de danse, j'ai eu "l'illumination". Je me suis rendu compte que la phrase "je ne peux pas, je danse" je l'avais répété plusieurs fois, dans ma vie de danseur, presque tous les jours ... et il en était ainsi pour mes compagnons. Cela nous a unis. "Je ne peux pas, je danse", c'était nous!
Et cela valait la peine de porter cette phrase, un peu pour ne pas perdre de temps √† la r√©p√©ter, verbalement, constamment, et surtout √† l'apporter, avec d'autres, comme un slogan, une devise. J'ai donc imm√©diatement parl√© √† mon p√®re, qui dirige un studio de design de mode depuis des ann√©es. Nous avons produit des t-shirts pour des amis. Simple: mod√®le √† encolure large et uniquement le logo "Je ne peux pas, je danse". Ils les aimaient tout de suite, pour cr√©er une sorte de "rempotage". Tout le monde m'a demand√© !!! J'ai commenc√© √† √©tendre la tourn√©e √† d'autres √©coles de la ville, puis l'aventure de la vente en ligne a commenc√©. C'est toujours notre canal privil√©gi√©, car cela nous donne la satisfaction d'un contact direct avec notre public, je dirais nos amis, car cette phrase nous lie dans un sentiment commun. Nous sommes devenus une ¬ęentreprise¬Ľ, peut-√™tre m√™me pas aussi imaginaire. Une grande entreprise! √Ä c√īt√© des graphiques anciens et nouveaux, nous aimons combiner quelques phrases, quelques pens√©es, des po√®mes ... pour la plupart de ma maman qui √©crit habituellement. Le sien est aussi le po√®me "Nous danseurs ..." qui est devenu notre "hymne". Les images photographiques que nous utilisons sur la page, ou dans nos stands, sont r√©alis√©es par mon p√®re, √©galement photographe de danse. Il est donc naturel que souvent moi ou mes petits √©l√®ves, mes amis / amis, danseurs et interpr√®tes musicaux "la√Įcs". Nous pouvons donc dire que nous sommes un "ph√©nom√®ne" tr√®s authentique et vrai. Je pense que c'est cela qui est instinctivement re√ßu par vous qui nous suivez: l'affection pour l'affection